LA PEUR
Par: Yann Perreau
Yann Perreau DIFFUSION : LE 20 JANVIER 2014 à 20h REGARDEZ L'ÉPISODE AU COMPLET
SYNOPSIS DE L'ÉPISODE
Selon l’auteur-compositeur-interprète Yann Perreau, la chanson « La peur » aurait pu aussi bien être intitulée « Confiance » que « La foi ». Pour lui, elle revêt toute l’importance d’un hymne, hymne à la quête qui nous pousse à nous surpasser, à devenir pleinement nous-mêmes.
BIOGRAPHIE DE L'ARTISTE

C’est à l’âge de 18 ans que Yann Perreau fait ses premiers pas professionnels et commence à forger sa réputation de « bête qui avale les planches! » (Alexandre Vigneault, La Presse). Après cinq ans de rock’n'roll en tant que chanteur du groupe Doc et les Chirurgiens, accumulant deux albums et quelques centaines de spectacles, il lance son album solo, Western romance, en 2002. Depuis, les critiques sont unanimes pour dire que Yann Perreau est un cas à part dans le milieu musical québécois, le véritable « batailleur de la scène », selon Patrick Gauthier du Journal de Montréal.

DISCOGRAPHIE
À genoux dans le désir (2012), Un serpent sous les fleurs (2009), Nucléaire (2005), Western romance (2002)
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
  • La portée des mots - Yann Perreau
MOT DE L'ARTISTE
Avant d'écrire ce billet, j'ai pris le temps de regarder trois fois l'émission sur ma chanson "La peur". À chaque visionnement, j'ai été touché et ému par ce que j'ai vu et entendu. Un de mes amis dit souvent: "Si ça donne les frissons, c'est parce que c'est bon.". Dans le cas qui nous occupe, c'est très très bon! Quand on m'a proposé de participer à La Portée des Mots, j'ai pris soin de choisir une pièce forte de sens, pour moi. Au niveau du choix des invités; il fallait des gens ouverts, honnêtes et lumineux si on voulait un reportage fidèle à ce que raconte ma tune. Eh bien au final, le résultat est encore plus réjouissant que je l'aurais imaginé. J'aimerais dire merci du fond du coeur à Michelle Duchesne, Julie Lapointe, André Ho, Dominic Bérubé-Dufour et Steve Giordany des Dîners St-Louis, à mon cousin Éric Lévesque, à Patrick Léonard du Cirque des 7 Doigts de la Main, à mon ami musicien Alex McMahon, ainsi qu'à ma conjointe Marie-Pier Veilleux et mon fils Milor. Vous êtes des inspirations au quotidien. Finalement, merci et bravo à tous les artisans de cette série. Les mots de certaines chansons ont une portée sous estimée. Merci de leur donner une occasion d'aller un peu plus loin dans les coeurs de ceux qui leur portent un peu d'attention.
Chaque fois qu'il m'arrive une occasion de tourner un topo, une émission, un clip, peu importe ce que c'est, ça me rend nerveux, mal à l'aise, anxieux, etc… Je le laisse pas voir, mais par en-dedans, ça travaille fort! Oui, ça peut paraître paradoxal avec la job que je fais, mais c'est comme ça : je ne tripe vraiment pas sur les caméras et je ne me regarde que très très rarement. Ceci dit, l'expérience que j'ai vécue avec "La portée des mots" fut une de mes plus agréables. La délicatesse des membres de l'équipe, leur attention, leur simplicité et leur professionnalisme m'auront permis de me laisser aller, donc, d'être à mon tout naturel, à presque oublier le "kodak". Bon coup parce que j'avais choisi de parler de ma chanson "La peur" une des chansons fondatrices de mon oeuvre. Et pour aller au fond des choses, j'avais pas le choix, justement, de me sentir en confiance. Ça commencé avec une discussion "sur le risque" avec des membres du Cirque des 7 Doigts de la Main, avec qui j'ai joué plus de 20 spectacles à la Tohu, en 2004. Puis, on est allé jogger sur le Mont Royal. J'ai pu raconter ma passion qu'est la course à pieds ainsi que les défis qui me poussent à me dépasser. Quelques jours plus tard, on est monté dans Lanaudière, à Ste-Marcelline plus précisément, questionner mon cousin Éric au sujet de son expédition extrême en kayak de mer: 3180 kilomètres en solo sur l'océan Pacifique; de Victoria B.C à Anchorage, Alaska. On a terminé le tournage avec les témoignages poignants de gens qui fréquentent ou qui sont passé par les Dîners St-Louis, lieu de répit qui offrent des repas et autres ressources aux jeunes de 18 à 35 ans dans le besoin (quartiers Plateau Mont-Royal et avoisinants). Que d'intensité. Ah oui! On a aussi visité mon ami Alex McMahon à son studio pour jouer la tune en question. On l'a jammé à deux, comme au show "Perreau et la lune", juste piano-drum. C'était l'fun! Bref, j'ai hâte en maudit de voir et entendre le résultat de cette aventure. Pour moi qui n'aime pas particulièrement me voir à la télé, c'est un pas pire gros pas par en avant. :)